La maîtresse est  arrivée ce matin avec ce livre sous le bras.

bruadL'école, ça sert à rien  de François Braud

Si elle veut les mettre en appétence,

elle doit proposer des livres qu'elle aime

Mais la maîtresse a aujourd'hui peu de temps pour lire.

Elle doit préparer la classe,corriger les cahiers,

effectuer les tâches domestiques,

câliner son loulou, sa pèpette et sa belâme

partager des fous-rires avec des gens  qu'elle aime,

esquisser parfois quelques pas de danse ,

et aussi peindre, sculpter, dessiner, coudre, découper.

-De quoi nourrir son autre bébé blog  -

En classe elle lit beaucoup de poèmes,

c'est dans les programmes et dans son coeur.

Elle sent bien que la rimaille résonne dans le coeur de certains.

Mais c'est au détriment de la prose.

Avec les élèves balbutiants en lecture, la maîtresse faisait miroiter de beaux textes .

Elle aimaient  les voir verser quelques larmes

quand ils ne pouvaient pas encore avoir le livre convoité.

Mais ce livre-la , elle l'a lu; elle pensait y trouver des réponses pour Eric ,

son petit élève qui lui avait demandé des explications

sur les raisons de sa présence en classe

alors qu'il sait déjà lire et compter.

Mais derrière ce titre provocateur,

elle avait trouvé une histoire très forte.

Car ce joli livre parle moins d'école que de la vie, d'amitié,

de ruses de sioux, de secrets ; et une fin , un peu étrange qui laisse pantois.

Donc la maîtresse brandit le livre dans la classe , tel un pavé :

Elle entend sur quelques lèvres le prénom de l'intéressé,

et quand elle propose de le confier en échange de bons soins

quelques élèves se portent volontaires.

ET QUE VOIT-ELLE!!!!!!

ÉRIC ! ÉRIC QUI LÈVE LE DOIGT!

Tiens...heu... au hasard! "Eric, tu veux ce livre?"

Adjugé, vendu.

La maîtresse a épié son petit réfractaire :

cinq pages d'une traite , avant de se faire appeler Arthur

" livre de géographie page 52 ! ".

La maîtresse attend lundi avec impatience

pour lui demander des nouvelles du coup de coeur.