24 mai 2012

 

Axel n'a pas réussi ses additions de nombres décimaux.

             La maîtresse insiste pour parler d'erreurs et non de fautes ,

              allant à l'encontre son héritage culturel.

             "maîtresse, j'ai fait de plein de fautes.

            -Ah ! Et tu as fait des erreurs sur quoi?

            précise la maîtresse régulièrement.

Seulement Axel s'est trompé et 

"NON"  il ne veut pas s'essayer sur l'opération suivante.

Il s'est renfrogné, il ne montre à la maîtresse  que le haut de sa tête 

comme un cabri têtu et cabochard.

La maîtresse se doutait

de cet aspect chez lui,

elle l'avait entrevu

à deux reprises mais

par touches impressionistes.

rien d'handicapant.

Là il y a un refus total,

il se coupe de la relation, il boude, il se ferme

Axel l' ingénieux, excellent élève qui suppplie la maîtresse si ,

occasionnellement, elle ne donne pas de devoirs,

sous peine de se faire gronder à la maison.

Élève plutôt solitaire qui partage volontier ses bricolages

(fabrication d'une carte de police,

invention d'une poubelle de pupitre) à la classe:

"Maîtresse, je peux présenter ma carte d'électeur?".

Axel dont la famille est sujette à une enquête sociale.

Axel boude et la maîtresse sent  qu'elle n'a plus de prise,

que la discussion sera à ses yeux une agression et

non une main tendue .

La maîtresse à montré  à Axel

comment Louise a réagit aujourd'hui face à ses erreurs.

La maîtresse profite des instants

où elle le sent disponible.

Il refuse de se voir

tel que la maîtresse le décrit!

" Non maîtresse je n'ai refusé de faire l'addition,

non non, c'est parce que je ne voulais pas!"

 

 

Posté par Melodie7 à 22:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


La maîtresse a rendez-vous avec la maman d'Eric:

 

La maîtresse parle du papa mais le poisson ne mord pas à l'hameçon.

Elle parle ensuite du grand frère et là elle voit Eric lever son regard clair :

ça l'intéresse.

Il lui avait expliqué que son frère n'allait plus à l'école et

qu'il jouait toute la journée à des jeux vidéos.

C'est l'occupation préférée d'Eric.

Les fois où les élèves ont raconté ou écrit

ce qu'ils avaient fait pendant le week-end

-pour découvrir puis réinvestir le passé composé

Eric écrivait :

"J'ai joué à l'ordinateur".

 

"Quand tu ne travailles pas ,

est-ce que ça serait pas pour dire que tu ne voudrais rester

à la maison comme ton frère?

 -Oui un petit peu, avoue-t-il timidement.

Elle demande à la maman de  parler du grand frère.

Celle-ci explique que la déscolarisation du grand frère du lycée professionnel est lié

à des violences à l'égard de son enfant.

La maîtresse, sentant l'attention de l'enfant,  la pousse à en dire plus :

C'est une situation qui prendra fin en septembre avec son entrée dans une école de cuisine.

Alors elle hasarde:

"Mais tu le savais ça! lui dit-elle

-Naan, répond Eric"

 Tien! Ne serait-ce pas un malentendu qui a enlisé Eric dans sa difficulté avec l'école?

Dans la conversation la maîtresse parle des jeux vidéos.

La maman lui demande dire à la maîtresse ce qu'il fait le week-end dans le jardin

"Bein ...je construis une cabane."

Il bricole aussi parfois dans l'atelier avec son papa.

 Quelques jours plus tard, la maman annonce

avoir limité le temps passé devant les jeux.

 

 

 

Posté par Melodie7 à 17:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]