29 octobre 2012

Louis et Alban

Deux semaines après la rentrée,

Louis avait sévi

adressant à Alban 

un "t'es nul ! t'es un incapable !"

qui avait fait bondir la maîtresse.

    Cette deuxième année

    avec louis s'augurait mal.

    L'an passé il agissait

    avec plus de sournoiserie,

    la maîtresse se doutait mais ne voyait jamais rien.

    Lors de la visite du Louvre,

    Louis avait dit à un camarade

    qu'il "dessinait mieux que le prof de dessin"

    et ses propos étaient arrivés jusqu'à ses oreilles.

" Alban aurait  dû m'envoyer un message clair !"

Louis avait dit et répondu : "bein non si on me disait ça

je m'en ficherais, je sais que j'suis pas nul"

Il dit que si ça avait blessé  Alban

quand il a dit qu'il était nul,

et bien c'est la preuve que c'est la vérité!

  L'an passé, il avait dessiné un monstre aux yeux rouges.

  Elle lui avait, dans un premier temps,

  dit que cela pouvait effrayer n'importe qui , lui le premier.

  Surtout s'il abrite de telles visions dans sa tête.

  Elle, en tout cas, avait été effrayée,

  Elle lui avait interdit de dessiner.

  Interdit de montrer sans aucune censure ce qui l'habite. 

Aujourd'hui, la maîtresse est sur les dents,

elle le surveille, intervient à la moindre incartade

et le garde à la récréation avec un écrit à produire

sur le thème de cette violence et d'une éventuelle explication.

La maîtresse n'est pas opposée

à l'expression de la violence ,

inhérente à l'être humain,

mais elle doit apparaître

sous une forme socialement acceptable :

on s'éprend des dragons,

on aime les volcans,

on écrit un poème ou un texte .


Posté par Melodie7 à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]