14 novembre 2012

Un petit poème

Lia écrivait dans son petit carnet.

De petits textes sans grand intérêt.

La maîtresse la laissait lire

à la classe.

Sans mots dire .

Sans emphase.

Jusqu'à hier.

Hier la maîtresse lui refusa

la lecture d'un prétendu poème.

Une prose relevant

du langage oral très hypothétique,

incommodant le sens, l'oreille et même la syntaxe.

La maîtresse dit à Lia qu'elle restait collée au sol avec des textes très terre à terre,

qu'elle devait  laisser pousser ses ailes

pour s'envoler, toucher le beau du bout des doigts.

Parfois la maîtresse donne des images pour paroles.

"Je ne parle pas de vraies ailes, Lia!"

et Lia regardait la maîtresse avec un sourire entendu

même si la maîtresse doutait de l'entendement.

Aujourd'hui, à 16h15, alors que la maîtresse se demandait

si boucler un séance de sciences en 10 mn était envisageable,

Lia se leva et mit sous ses yeux,

avec un "je peux le lire",

une page noircie de son carnet ,

une page qui commençait par

"je suis une fleur du passé ",

une page qui stupéfia

puis charma la maîtresse.

Une page comme un cadeau,

qui signait le début d'une métamorphose.

Une page qui semblait offrir à Lia

la paix et la sérénité.

La classe fut prise en otage entre 16h30 et 16h31

pour une raison impérieuse :

la naissance d'une poétesse.

c'est sûr : la maîtresse redemanderait, 

dans la semaine, de multiples lectures de ce poème.

Pour que Lia, la petite fille hérisson,

puisse toucher ses camarades

du bout du coeur.

Sans les mordre.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Melodie7 à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]