30 janvier 2013

tag

 

Je me suis fait taguer par Christine

Le but du jeu: répondre à un petit questionnaire spécial éducation

et à son tour, taguer d'autres blogueurs.

1) Quelle est la première chose que tu fais en arrivant à l'école ?

Je pose mon vélo, bien en vue depuis le rang, pour que les élèves ne se fassent pas des idées

et je prépare mon matériel.

2) Quelle manie de tes élèves te hérisse le poil ?

Le bavardage inconditionnel irrépressible.

3) Quelle petite manie de tes élèves t'attendrit ?

Les sourires qu'ils me destinent.

4) Et chez tes collègues alors ?

Leurs sourires :  ils me donnent le sentiment d'exister.

Les sourires qu'on m'adresse illuminent mes journées les plus vieuses.

5) Si tu ne devais garder qu'un seul fichier/manuel, lequel serait-il ?

j'aime les éditions Retz pour le théâtre  Pièces policières - Tome 1(mais ce n'est pas un fichier)Pièces pour frissonner

Je viens de reléguer ma pile de manuels aux seconds rôles (je picore un peu dans chacun) 

mais je voudrais que les jeux prennent plus de place, leur donner un statut d'exercice.

 6) Quel est ton livre de littérature de jeunesse préféré ?

De la poésie en sirop ( il paraît que je ressemble à Frédérick...).

 

 Ceux qui m'ont arraché  2 ou 3 larmes


 

7) Etre "maikre" ou "maikresse", ça s'est imposé à toi quand, comment ?

J'ai été surveillante en lycée professionnel (en ZEP), puis au collège (toujours en ZEP).

Ce que j'y voyais n'avait pas de sens (désintérêt, désinvestissement, auto-dévalorisation).

Pour comprendre, il me fallait revenir au tout début, là où naît l'élève: à l'école.

8) Une bonne journée d'école, c'est quoi pour toi ?

Une journée où j'ai ri, une journée où j'ai pu observer

quelque chose de nouveau chez un élève  et qui fait  sens.

Une journée marquée par l'adhésion des élèves à un jeu de math ou de français.

9) A un parent d'élève qui te demande avec agressivité "M'enfin les enfants ne sont pas surveillés ?"

parce qu'en classe, bichon, (monté sur ressorts) a pris le doigt du voisin dans l'oeil en se retournant

alors qu'il était censé se concentrer sur son exos, tu penses que tu répondrais quoi, là spontanément ?

D'abord je me sens comme une petite fille prise en faute (résurgeance d'un fonctionnement ancien)

puis l'adulte repend les commandes, explique, rassure, informe le capitaine du navire.

Parfois je tourne le dos face à un conflit stérile.

10) Une révolution dans ta façon d'enseigner (moyens matériel, pédagogie,..), ce serait quoi ?

Les jeux  ( emprunt à l'école maternelle )

Le T.B.I. pour montrer plein de vieilles croûtes, voyager, faire écouter des extraits de film,

illustrer tout  qui participe à la construction d'images mentales.

11) Quelle est la dernière chose que tu fais le soir en quittant l'école ?

Je tente de rassembler mon loulou foufou, son cartable et son blouson,

j'appelle ma collègienne absorbée, au fond de la classe, par sa lecture ou par un dessin ,

J'attrape ma croizan et la colle sur le siège bébé de mon vélo.

Puis je traverse la cour en caravane thouareg.

12) Et pour décrocher, tu fais quoi ?

j'écoute la journée des loulous:

Ma grande me fait rire avec ses brèves de collège,

mon loulou et ses problèmes de bande et de chef,

et je leur raconte quelques anecdotes de classe.

Je zieute mon blog et parfois je rédige une ou deux articles.

 

Je passe le relais  à Célestine  et à Gandalf  !

Véfa  a déjà été taguée!

 

Posté par Melodie7 à 19:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


poèmes d'hiver


Le Soleil Chaud D'été Photos libres de droits - Image: 4544138

Un matin,  Hélène et Aurélie, très copines et voisines, ont écrit des poèmes sur l'hiver et

elles les lisent en classe.

Hélène est dans le balbutiement des mots agencés avec plus ou moins de bonheur.

Le désir est là mais il reste à tricoter les mots.

La maîtresse sait  que certains élèves peuvent construire une sensibilité poétique. 

Aurélie, elle, montre ses questionnements derrière les mots,

naturellement elle recherche  les assonances,

les mots s'entrechoquent laissant échapper  le bruit d'un poème en train de naître.

Un des poèmes parle de l'hiver sans soleil, sans fleurs, sans oiseaux. Un poème triste.

Et la maîtresse donne son avis : On se plaint beaucoup

mais parfois on a un soleil dans la tête qui peut changer notre perspective de la vie;

Elle , précise-t-elle, aime follement son métier, elle aime traverser la nuit lors de ces matins d'hiver,

un air à la lèvre  (encore dans la tendresse de ses enfants sortant de leur torpeur ).

Voila elle dit qu'elle a un soleil dans la tête ,

un soleil qui la rend heureuse même les jours sans lumière,

même les jours sans fleurs, même les jours sans oiseaux.

Elle a parlé à ses élèves comme elle le fait souvent maintenant ,

ôtant sa blouse d'instit. Elle a parlé avec son coeur,

C'est ainsi avec les enfants. c'est ainsi entre elle et eux.

Peut-être que ses mots sont des graines qui fleuriront plus tard. 

Elle, petite fille, qui a croisé si peu de gens heureux,

elle, petite fille, qui vivait en pays gris et triste, aurait aimé ces mots-bonbons.

Voilà qu'aujourd'hui elle a le goût du bonheur, rebelle,

elle ne peut pas renoncer à sa vie en couleur.

Elle ne leur a pas parlé des yeux de Célestine  qui mettent du bleu dans son ciel.

Ces matins d'hiver elle se sent moins seule dans sa vie de lumière.

 

 

 

Posté par Melodie7 à 15:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]