Ça y est! La maîtresse s'est lancée :

La semaine passée elle a donné les cahiers pour les textes libres.


http://www.fourniscool.com/67-224-large/petit-cahier-pique-clairefontaine-48-ou-100-pages-17x22-grands-carreaux-seyes.jpg

Elle n'y mettra son nez qu'avec l'autorisation du propriétaire.

Les élèves ont repéré la double fonction avec le petit carnet.

Elle a précisé que cela devait être une activité obligatoire

durant 15 mn tous les matins.

Toute la semaine, elle a vu tous les fronts penchés, des pages noircies,

quelques textes lus à la classe, d'autres resteront secrets.

De l'écrit, quelques dessins, des frises, des illustrations,

de la couleur, des essais, des mots  et encore des mots. Des mots-coeur et des mot d'esprit.

Elle a précisé qu'écrire était important pour la classe.

L'écrit est le lieu où se construit l'élève mais aussi la personne.

Ecrire c'est mettre soi à distance,

se regarder, se construire une idée de soi.

Marysa boudait, les poings fermés dans les poches, incapable de participer aux séances de théâtre,

ne pouvant trouver une solution à sa sourde colère.

Une maîtresse légèrement fâchée devant la miss qui n'accepte aucune sugestion

( courir? crier? dessiner? écrire? dire?).

Finalement la maîtresse s'est dit qu'on passait sa vie à se questionner :

Qui suis-je?  Comment sortir de la tristesse ou de la colère? De quoi ai-je besoin réellement ?

Alors elle se dit que ces 15 mn c'est aussi

un outil pour s'interroger, un outil  pour se construire.

C'est sutout un moment d'intériorité

afin de se préparer aux apprentissages.

Enfin... il faut rouler de gros yeux ronds pour qu'ils acceptent de lâcher ce cahier!