12 février 2013

Nouveau cahier

Ça y est! La maîtresse s'est lancée :

La semaine passée elle a donné les cahiers pour les textes libres.


http://www.fourniscool.com/67-224-large/petit-cahier-pique-clairefontaine-48-ou-100-pages-17x22-grands-carreaux-seyes.jpg

Elle n'y mettra son nez qu'avec l'autorisation du propriétaire.

Les élèves ont repéré la double fonction avec le petit carnet.

Elle a précisé que cela devait être une activité obligatoire

durant 15 mn tous les matins.

Toute la semaine, elle a vu tous les fronts penchés, des pages noircies,

quelques textes lus à la classe, d'autres resteront secrets.

De l'écrit, quelques dessins, des frises, des illustrations,

de la couleur, des essais, des mots  et encore des mots. Des mots-coeur et des mot d'esprit.

Elle a précisé qu'écrire était important pour la classe.

L'écrit est le lieu où se construit l'élève mais aussi la personne.

Ecrire c'est mettre soi à distance,

se regarder, se construire une idée de soi.

Marysa boudait, les poings fermés dans les poches, incapable de participer aux séances de théâtre,

ne pouvant trouver une solution à sa sourde colère.

Une maîtresse légèrement fâchée devant la miss qui n'accepte aucune sugestion

( courir? crier? dessiner? écrire? dire?).

Finalement la maîtresse s'est dit qu'on passait sa vie à se questionner :

Qui suis-je?  Comment sortir de la tristesse ou de la colère? De quoi ai-je besoin réellement ?

Alors elle se dit que ces 15 mn c'est aussi

un outil pour s'interroger, un outil  pour se construire.

C'est sutout un moment d'intériorité

afin de se préparer aux apprentissages.

Enfin... il faut rouler de gros yeux ronds pour qu'ils acceptent de lâcher ce cahier!

Posté par Melodie7 à 22:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Des nouvelles de Clémentine

 


 

 

 

 

Clémentine  et ses copines se sont improvisées

                 troupe de théâtre.

Clémentine a demandé si elle pouvait présenter une pièce

qui racontait son histoire:

                           " C'est l'histoire de mon chien et de moi."

La maîtresse avait exigé l'universalité.

L'art des lettres c'est aussi de tisser  unisexe et ajustable :

           " Je préférerais que tu mettes en scène

                    l'histoire d'une petite fille et de son chien! "

Clémentine recrute dans la classe:

          " J'ai besoin de deux personnes pour faire mes parents.

        - Clémentine, ça serait mieux de chercher des parents

                   pour cette petite fille, pas pour toi!

        Tout le monde sait bien que cette petite fille c'est un peu toi"

La maîtresse se réjouit. Toutes les filles sont dans une dynamique de création, 

Clémentine a trouvé un lieu pour s'exprimer, faute d'accepter de parler  chez le psy.

         " Bon alors, il me faut aussi des garçons pour la pièce."

La maîtresse est méfiante:

       "Dis, Clémentine, tu ne vas les ridiculiser ces garçons!"

La maîtresse connaît bien ses grands de l'école qui devancent le printemps :

Janvier signe le début d'un jeu de séduction qui fait courir  filles et  garçons

dans un tourbillon de fous rires et de cris.

             Il y a quelques jours  Clémentine avait demandé à lire

              un texte écrit dans son petit    carnet .

              " Des questions et des réponses," avait-elle précisé .

              " D'abord, à quoi ça sert les maths?"

            avait suscité quelques réponses raisonnables, d'autres plus procatrices

            que la maîtresse avait accueillies avec un sourire.

              Puis avait suivi :

            " A qui sert la mode?" , question à laquelle Clémentine avait répondu par

            "ça sert à plaire aux garçons!"

            et s'en était suivi un débat houleux entre pairs.

"Non, maîtresse! Ils ne seront pas ridicules!"

Elle a eu un doute en voyant , pendant les répétitions,

les garçons sautant laborieusement à la corde!


 

Posté par Melodie7 à 21:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]