04 mars 2013

lettre de la colère de Marysa

Jeudi, Nouvelle colère de Marysa pendant la séance de théâtre. 

4ème mouvement d'humeur cette semaine.

8h30, vendredi matin, son grand sourire éclaire la classe.

Quelques gloussements avec sa voisine.

La maîtresse souligne cette bonne humeur.

Mais à 9h35 Marysa pleure bruyamment.

Des pleurs qui emplissent la classe jusqu'alors silencieuse.

Ces bruyantes démonstrations contradictoires

exaspèrent la maîtresse qui traque le complément essentiel!.                                         

 C'est un comportement récurrent chez Marysa et Lia, ces dernières semaines .

La maîtresse n'y comprend rien : Elle a écouté, questionné, proposé quelques outils .

Rien n'apaise ce tapage et la maîtresse, peut-être déconfite par son impuissance, est agacée.

Maintenant elle précise les limites : " Travaille" intime-t-elle à la pleureuse.

Les autres n'ont pas besoin de subir ses lamentations.

Dans ces moment là Marysa perd le contrôle de son cœur et de sa tête.

Le travail parfait de Marysa s'évanouit, les exercices baclés courent en grosses lettres sur ses cahiers.       A la manière de Cyrielle, elle ne parvient pas à utiliser le travail pour échapper à ses tourments.

A la récréation, la maîtresse,de service dans la cour, propose à Marysa de rester dans la classe,

en compagnie de Coline, afin d'écrire ou de dessiner.

Marysa s'exécute, sous le regard bienveillant de Coline, la maîtresse jetant un oeil de temps à autre.

Mais elle refuse à Lia le droit de rester, elle aussi, dans la classe. Elle n'a pas confiance;

Lia est beaucoup dans le mouvement. Celle-ci tape du pied souffle comme un boeuf puis traverse la cour d'un pas vif,

les bras croisés, le visage fermé. Elle restera jamais très loin de la maîtresse qui s'exaspère de ce manège.

A 11h, une feuille est posée sur son bureau intitulée "lettre de la colère" écrite de la main de Marysa:

" Tout le monde me parle mal. On me parle comme un chien comme une domestique. Hélène crie sur moi,

Janelle m'a dit dégage, tout le monde me rejette, personne ne m'aime dans la classe ."

En la lisant la maîtresse sent son coeur se ramollir.

Elle entend un besoin d'amour, la demande affective.

Elle en parlera à 13h30 pour soliciter la bienveillance de ses camarades.

 

Posté par Melodie7 à 03:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]