23 novembre 2014

Alain

Alain est un grand gaillard à la carrure imposante. C'est un camarade agréable qui s'accocomode

de ses successifs changements de places liés aux tâtonnements de la maîtresse..

Nonchalant au travail, les exercices ne sont pas toujours terminés.

Alain s'adresse à la maîtresse avec lenteur et un maniérisme qui l'amuse .

Alain écrit beaucoup dans son cahier du matin  et

lit ses textes à la classe. Avec délice.

Il évoque ses animaux, son ancienne école et la nouvelle, son île.

Alan regarde avec étonnement ses camarades rire de bon coeur ou se taire .

Car ces textes sont pleins d'humour et d'une douce sensibilité.

L'écrit s'imprime de manière particulière dans ce cahier du matin

révèlant une personnalité que lui-même découvre.

Un matin, Alain n'ayant pas compris le verbe pronominal, la maîtresse l'interroge

lors de la correction pour le remettre sur la piste .

Mais elle voit Alain baisser le regard, elle remarque ses joues se gonfler et devine: Alain pleure.

Pour ne pas le mettre sous le feu des projecteurs, pour ne pas laisser la classe en plan,

la maîtresse poursuit, donne la parole aux autres .

En dehors de la classe et du regard des camarades, la maîtresse en profite pour questionner l'enfant:

- Pourquoi tu pleurais? J'ai pas compris.

- je croyais que les autres étaient plus fort que moi...

Par la suite, Alain pleure souvent en classe.  Comme un refus de travailler.

Comme une douleur de se mettre en route sur le chemin des apprentissages.

Comme pour fuir une émotion qui lui faire perdre les mots

si truculents et justes sous sa plume.

 

Posté par Melodie7 à 00:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]