26 février 2018

2 puissance 5 au compteur

" Aujourd'hui est un grand jour :

accrochez vous bien mes petits élèves, aujourd'hui nous faisons le plein !  "

Aucun élève absent, le nombre d'inscrits dans la classe

correspond au nombre d'élèves assis: 

  2 5  gamins.

Il faut avouer que je vais mettre la pédale douce

sur les grandes courants pédagogiques qui arguent

que l'élève soit acteur de ses apprentissages "

Je vais conserver mes propres méthodes,

( celles que j'ai construites toute seule comme une grande car l'IUFM faisait fi de ce quotidien terre à terre): Résultat de recherche d'images pour "main haute"

pour le rang, par exemple, je compte jusqu'à 5 

en montrant le décompte

avec ma main brandie

au dessus des têtes

( je profite des trois marches

surplombant ma classe).

Pour sortir TOUS rapidement de la classe

je compte à haute voix et

décerne de fictives médailles:

or au premier, puis argent et bronze aux suivants .

Vert salade aux retardataires.

 

J´use sans abuser de ma sonnetteRésultat de recherche d'images pour "sonnette de comptoir"

(j'appuie une fois et

je me fige dans une mimique pétrifiée

dans l'attente du silence total

et de l'attention de tous.

La grande nouveauté   à   2 5

c'est le rôle que je joue

dans ce qui ressemble parfois a un onemanshow.

Je commente à gauche un exercice de français,

je plaisante à droite,je taquine parfois,

j'annonce un roulement de tambour

quand une miss s'apprète à écrire la corection,

j'accapre parfois l'attention des élèves heureux du spectacle.

HUMOUR, MIME sont efficaces

pour capter l'attention des élèves qui me suivent avec gourmandise.

Il ne faut, cependant,  pas être en dette de sommeil

Ainsi je réussis, à faire marcher d'un même pas, presque,

à l'exception d'Arnold le rétif à l'autorité, de Maximilien rétif au travail.

il faut dire que même à 32 j'ai l'impression

d'avoir des élèves plutôt faciles cette année 

Image:Goofy-smiley.jpg

à   2 5

 

 

 

Posté par Melodie7 à 17:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


29 novembre 2017

Nino

En classe, Nino est un bavard à la recherche de solidarités masculines.

C'est aussi un promeneur qui est capable, par amitié, de ramper sous les tables.

afin de restituer un stylo à son propriétaire.

Nino est parfois un cow-boy solitaire qui hurle sa colère dans un recoin de l'école

quand " les autres l'énervent".Résultat de recherche d'images pour "enfant énervé"

Nino a la main leste car son père

lui a dit de "ne pas se laisser faire."

Mais Nino est surtout un grand blessé

qui a perdu sa maman

et la cicatrice est encore fraîche.

Ce vendredi matin, de retour de récréation,

Nino se plaint de trois camarades qui se seraient moqués de lui.

Résultat de recherche d'images pour "enfants brigands"

 Les trois brigands

se tortillent devant la maitresse,

cherchant vainement

à dissimuler des sourires

qui sonnent comme un aveu

 et l'un d'eux laisse échapper un

" il est mauvais joueur ".

Pas facile d'épingler

le responsable des démélés.

En regardant les trois affreux,

malgré l'oeil noir de la maîtresse

qui avance ses pions:

" Dites donc, le but serait pas d'énerver ce mauvais joueur ?" et

renvoie les coquins à leur place, espérant que les maths fassent retomber le soufflé.

Dans l'après-midi, Nino gratifie Elya,

une girafe de la classe,d'un énorme gros mot.

Bein oui! D'après Nino, très énervée, Elya se serait moquée de lui.

Tiens voilà que revient le spectre du matin devant les yeux horrifiés d'Elya.

Dis donc Nino, je ne peux pas empêcher les brigands de chatouiller

tes points faibles. Par contre, je ne suis pas certaine des moqueries d'Elya et

je me demande même si c'est pas un peu toi qui imagine ces attaques

des camarades. Nino opine du chef, alors la maitresse avance un deuxième pion :

"Je me demande si en entrant ce matin, tu n'as pas mis ton armure,je me demande

si tu n'as traversé la classe ce matin comme si elle était remplie d'ennemis.

Soudain Nino se ramollit et les larmes balaye la colère. Ce sont des larmes énormes

comme si les digues intérieures avaient lâché pour un grand garçon de dix ans qui,

à cet instant, redevient un tout petit enfant.

Les grandes colères dissimulent parfois d'immenses chagrins.

Ce vendredi 24 novembre fut effectivement le black friday de Nino !

Résultat de recherche d'images pour "enfant énervé"

 

Posté par Melodie7 à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2017

Quentin

Quentin est un enfant charmant : Image associée

tous les projets l'étonnent,  

l'intéressent, le passionnent.

Il a troqué le vulgaire cahier d'ecrivain

contre un magnifique cahier

à épaisse couverture

et marque-page intégré,

offert par sa maman.

Lors de l'exposition artistique,

il est dans les premiers à insuffler

une énergie passionnée. 

Il aime les projets de la maîtresse,

en apporte de nouveaux en classe  

et attire autour de lui

deux poignées d'enfants,

intégrant indifféremment les uns et les autres

avec la douceur du gentil leader.

Il déploie toute son intelligence et sa réflexion , soulevant

les obstacles, fédérant  les énergies des uns et des autres.

Aujourd'hui Quentin souhaite tourner un film.

Devant la complexité de la mise en oeuvre,

je propose à l'équipe enrôlée de consacrer quelques heures d'APC

à ce nouveau projet car je pense bien y trouver des notions de français

et même de maths à travailler pour justifier un cadre institutionnel

pour une véritable situation de recherche.

    J'aime cet enfant passionné et bienveillant

      qui attise les braises que j'amène en classe.

 

 

 

Posté par Melodie7 à 22:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 janvier 2017

échaufourrée

Maugaux, CM2, a attrapé fermement Alya, CE2; Afficher l'image d'origine

elle l'a maintenue

en lui jetant un regard noir.

Maintenant Alya pleure et

son enseignante vient cueillir Margaux

dans sa classe, la mienne,

pour une petite explication !

Lorsque Margaux réintègre la classe,

j'exige de connaître le fin mot de l'histoire :

" la maîtresse m'a demandé pourquoi j'avais bousculé Alya.

- ah oui ? Et pourquoi l'as-tu bousculée ?

- Parce qu'elle a dit que j'étais une S...

- Et, Alya, elle a dit à sa maîtresse que c'était vrai ?

- Oui. Même qu'elle tapait avec son poing dans sa main

parce qu'elle voulait me taper

et elle me regardait méchamment.

- Et pourquoi elle était fâchée après toi, Alya qui est en CE2 ?

- C'est parce qu'elle est amoureuse de Ben mais pas lui;

lui, il est amoureux de moi...."

Je tombe de nues en découvrant que des scènes

dignes des plus grandes tragédies se déroulent

dans le grand théâtre de la classe!

Le charmant Quentin qui se passionne pour tous les projets de la classe,

et notamment le projet d'écriture ,le Quentin craquant qui écrit et

illustre passionnément ses premiers contes dans son carnet secret à lui,

notre Quentin écarquille ses grands yeux étonnés avec un :

" c'est fou, moi je croyais que ces choses n'arrivaient que dans les livres,

mais pas là dans la vraie vie, c'est incroyable, en plus avec des enfants !  "

 

George Condo « Large female portrait / Grand portait de femme », 2015. Huile sur toile (198,1 x 188 cm. Sourcing image : FIAC, Paris 2015 (© photographie F.Buffard 23 10 15)

 

 George Condo 2015. Sourcing image : FIAC, Paris 2015

(© photographie François Buffard 23 10 15)

Posté par Melodie7 à 22:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 mai 2016

Les monstresses

Ma gestion plutôt souple devient problématique en fin d'année:

Mai et juin sonnent le réveil des monstres ou des monstresses:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

c'est le moment idéal pour une , deux , trois

ou, comme cette année, quatre élèves qui vivent

la classe comme une scène.

Une fois les bulletins distribués,

les passages annoncés.

Juliette s'énerve, traverse la classe

en grandes enjambées, soupire au nez de l'adulte.

Les trois autres élèves ont déjà eu un petit entretien,

la sanction puis la rencontre avec les parents.

Après amorcé une discussion avec Juliette

(quelles larmes se cachent derrière une si grande colère mise exergue?),

donné quelques punitions,

la maîtresse lui demande d'aller se calmer ds le bureau du directeur.

elle n'a pu rencontrer les parents qu'une seule fois dans l'année,

et elle était la seule a voir un problème:

"Juliette écoute bien sa grande sœur, Juliette accompagne les deux plus jeunes à l'école,

Juliette a la fibre artistique, Juliette a beaucoup progressé par rapport à l'an dernier"

alors que la maîtresse, elle, constate que les cahiers se perdent à la maison,

les devoirs non faits , les évaluations jamais signées.

alors, deux mois avant les vacances, la maîtresses aimerait bien un peu de sérénité et

au lieu de cette gamine qui hurle pour règler des comptes.

(certainement pas avec son enseignante qui l'a laissée

prendre de beaux rôles et s'épanouir sur scène !)

" Va te calmer dans le bureau du directeur!

" Ah ba non ! vocifère l'insolente.

la maîtresse sent la moutarde lui monter au nez.

Elle sent aussi le regard des élèves et le rapport de force qui se joue.

" DONNE-MOI TON CAHIER DE CORRESPONDANCE!"

Et là, la monstresse se ramollit et tente un dernier "oh non maîtresse!" puis sanglote

La maîtresse s'étonne : "Mais Juliette,

pourquoi pleures-tu puisque tu as perdu ton cahier de correspondance il y a plus d'un mois!!!!"

Il y a des absurdités incroyables !

 

 

 

 

Posté par Melodie7 à 22:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


24 avril 2016

Le papa d'Amin

 

En décembre , le durcissement des dispositifs de sécurité ne m'ont pas permis

de rencontrer tous les parents, comme à l'accoutumée.

Finalement, la dernière semaine, veille de vacances, j'ai donné des rendez-vous

à mes petits élèves afin de leur remettre individuellement leur bulletin.

Qui est le plus concerné par le bilan trimestriel que les enfants?

http://2.bp.blogspot.com/-XK26wpqGveo/VZ1YOHSCWoI/AAAAAAAASXk/Fy3KqKTS5bc/s1600/bir-1.jpg

Aujourd'hui j'egrène les rencontres

avec les parents . Parcimonieusement.

Parfois de belles rencontres....

Le papa d'Amin par exemple.

Je ne l'avais jamais rencontré

puisqu'il était parti à l'étranger 

pour le travail mais Amin était incapable

de me dire quel était le métier de son papa .

Peut- être agent secret ? lançais-je parfois

au coco qui riait mais qui ne travaillait pas plus!              Amin

Puis un soir, le papa d'amin entre dans la classe pour n'en sortir

que deux heures plus tard!  Un papa adorable, un peu bavard certes,

un papa qui a grandi sur un autre continent,

un papa qui vivait dans un village au cœur d'une campagne isolée.

Un village si loin de son école.Mais le papa d'Amin était un enfant curieux

qui n'a jamais été poussé par un vieux père illettré,

juste mu par son désir d'apprendre.

Un enfant qui a bénéficié d'une bourse pour venir étudier en France.

Un papa qui a fait de grandes écoles, un homme savant

qui a rencontré une femme lettrée de la même nationalité que lui .

Une rencontre qui m'a bouleversée comme la lecture un livre émouvant.

Une histoire familiale que l'enfant ignore:

" il faut parler de sa famille, il faut lui raconter votre parcours."

Et puis au final on convient du fait que sa mère est fan de son fils unique,

fils aîné. une chance, un bonheur qui n'a, cependant, pas permis à la maman

d'entendre les difficultés de son fils énoncées par les maîtresse au 1er trimestre.

J'aime rappeler Parfois à Amin qu'il a un devoir vis à vis de son père.

Lui qui se meut avec lenteur sur le chemin des savoirs à une histoire à rencobntrer,

une dette à honorer.

Ce n'est pas que la maîtresse, ni ses parents qui lui demandent de devenir

un élève autonome et motivé,c'est une voix de l'autre côté de l'océan,

la voix de sa famille d'ailleurs qui attendent d'être fier de lui !

il faut qu'il trouve en lui la force et le courage de son père .

Mais pour cela il doit rencontrer ce père héroïque

qui se cache dans l'histoire familiale tue.

 

 

 

 

 

 

Posté par Melodie7 à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2015

Elian

le bavard, Elian qui chahute dans la cour

devient, en classeAfficher l'image d'origine

Elian l´absent,

absent de lui-même

lorsqu'il se retrouve

face à son cahier.

et puis lorsqu'il s'agit

de prendre

la parole ,

Elian refuse,

secouant sa longue frange,

rougit, se ferme.

Détournant le regard,

Elian semble

craindre sa maîtresse,

Elle qui trouve cet enfant si attachant,

elle aimerait tant apprivoiser l'animal qui la tient à distance.

Alors, elle lui a proposé un changement de place, loin du tableau, loin du bureau,

loin d'elle. [une hypothèse, un test, une expérience]

Alors, de loin en loin, elle provoque

des petites conversations en passant près de sa table.

" Est-ce que tu  comprends les consignes ?"

- ça va, répond l'enfant 

La maîtresse lit dans le regard serein de l'enfant qu'elle fait fausse route.

- C'est parce que le travail est trop difficile?

- Non, répète l'enfant avec une légère assurance.

[manifeste-t-il reellement ce qu'il ressent?]

- Peut-être as-tu peur de te tromper?"

Et là, la maîtresse perd le contact avec l´enfant, un enfant qui s'agite, puis qui ,

en se tournant vers l'adulte, lâche un " oui j'ai peur de me tromper!"

Elian vient de cette fameuse classe,

celle où les enfants s'éteignent sous les cris de la maîtresse,

celle des dimanches soirs aux maux de ventre, indices de l'humiliation;

cette classe où les enfants fragiles perdent confiance en l'adulte,

confiance dans les apprentissages, confiance en eux.

La maman d'Elian, de sortie en sortie, de jour en jour, se rapproche

de la grille, se rapproche de la maîtresse

[ Faudrait-il, elle aussi, l'apprivoiser ? ]   et commence à parler :

Elle révèle qu'Elian n'est plus malade le dimanche soir et va à l'école avec entrain.

La nouveauté de l'année ce sont les amis: Elian a des amis!

Puis la semaine suivante, la maman explique le divorce douloureux de l'année passée,

un enfant qui ne savait pas où et avec il allait vivre.

Mais je sais que cette année sera douce, je le sais depuis toutes ces années à ramasser

les petits élèves à la petite cuillère, des petits élèves qui se remettent à vivre, à rêver ici.

Je sais que cette année sera douce car le rêve transforme le chagrin de la séparation;

le théâtre, la littérature, la poésie, la peinture

transforment les grandes douleurs en joies sublimes

Et puis , au bout du compte l'art amène au travail avec le meilleur de soi-même.

Et puis je vois bien qu'Elian a besoin de ses petits compliments,

il a besoin qu'on souligne ce qu'il sait faire.

Je devine son sourire au moment où il me tourne le dos...

 

 

Posté par Melodie7 à 08:13 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

24 novembre 2015

novembre

Un début d'année haut en couleurs Afficher l'image d'origine

28 élèves à ce jour!

( Mme la Ministre , 28 - 4 seulement me permettraient de balayer les programmes 

en y mettant moins d' énergie,

 plus de sérénité,

plus d' efficacité!

Ne serait-ce pas moins coûteux qu'un changement de programme? )

Certains avaient émis le vœu, à voix haute, de finir la primaire dans ma classe.

Des élèves pourtant surpris, en septembre, des espaces de la liberté qu'ils y trouvent.

Le plaisir d'être en classe influe sur  le désir d'apprendre.

Certains qui abusent en novembre ( 28 se battent ces espaces de parole ),

qui finalement me conduisent à la sanction bête et méchante:

tu copieras 20 fois la règle n°3  ( "Je dois lever le doigt pour prendre la parole en classe") pour ceux qui "oublient".

Imaginez des routes sans règles ni de sanctions ! Finalement, pour le bien de tous, je sanctionne tout court!

En septembre, les élèves se cachent devant les 1ères erreurs, ce à quoi la maîtresse précise :

" Moi je ne dis jamais faute mais erreur" .

Misss Clélia a fait des erreurs, alors Clélia rit quand la maîtresse lui demande,

pour la 4ème fois depuis la rentrée, sa stratégie

pour comparer des grands nombres .Clélia rit et se souvient

qu'il ne faut pas compter le nombre de zéros mais le nombre de chiffres.

Dédramatiser l'erreur, dé-construire le travail de sape, souvent à son insu, de l'école française.

les mettre dans une dynamique d'apprentissage:

"ceux qui ont mal orthographié les mots, vous les réécrirez cinq fois.

Est ce que c'est une punition?

Mais alors pourquoi je vous demande ça?"

Mais en novembre ils savent que "C'est pour mémoriser ".

j'ai cessé de souffrir d'être une enseignante différente.

je pense ne plus souffrir  du regard de certaines collègues ou de certains parents .

J'ai cessé de souffrir des maltraitances de l'éducation nationale à mon égard.

Je souffrirai peut-être en juin des cadeaux disproportionnés pour certains collègues:

c´est moins l'objet que la reconnaisse qui m'émeut .

je suis une fonctionnaire qui fonctionne aussi avec son cœur.

Mais cette reconnaissance je la devine  dans le regard et le sourire des sixièmes ,

à leur manière joyeuse de m'apostropher.

Cette reconnaissance je l'entends clairement dans les mots de certains parents.

En novembre, les projets avec certaines collègues s'ébauchent.

On se parle, on se questionne, on met en commun:

la machine du désir qui se met en route !

Cette année, je n'ai pas cessé de chanter au-dessus de la photocopieuse!

Afficher l'image d'origine

Posté par Melodie7 à 23:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

26 septembre 2015

mettre la charrue avant les boeufs

Laura nous promet une histoire:

celle qu'elle fignole chaque matin dans son cahier d'écrivain.

Laura est dyslexique. Elle était promise à un redoublement.

Laura présente de grandes difficultés en français:

Les mots les plus courants ne sont pas mémorisés,

la lecture n'est pas,pour elle, une activité simple.

Depuis deux semaines,Laura écrit et personne n'a le droit de regarder.

Même pas la maîtresse. Ni l'inspecteur de passage ici.

Laura prend parfois 

son air d'animal craintif

quand la maîtresse

la questionne.

Mais Laura rit

quand elle prépare

la lecture pour les petits

de la classe voisine.

Je sens chez elle

cette force incroyabe

qu'elle déploiera

sur scène et autour

des apprentissages,

cette force née

du plaisir,du désir et de la liberté.

Dès jeudi matin, laura s'inscrit

pour lire un texte:Fausse promesse.

Vendredi, elle se jette à l'eau: alors elle nous lit un récit habité

de personnages magiques avec une quête clairement annoncée,

des épreuves, des péripéties et une fin scellée par un baiser d'amour.

Une grande maturité se dégage de ce récit : maturité intellectuelle

avec la cohérence de ce texte où on sent que Laura maîtrise ses idées.

Et cela malgré l'orthographe approximative,parfois uniquement phonétique,du récit .

Voici une belle occasion de valoriser un être en construction,

voici le matériel pour nourrir le travail sur les contes classiques,

voici de quoi travailler l'orthographe avec Laure

afin que son texte puisse être transmis à l'écrit à ses camarades :

un vrai défi personnel pour elle qui sera source d'apprentissage.

 

 

 

Posté par Melodie7 à 17:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

21 août 2015

Manon

Les parents de Manon ont rapidement rencontré la maîtresse en découvrant deux camarades

qui avaient laissé un cuisant souvenir  deux ans auparavant. Ils exigent un changement de classe .

La maîtresse a tenu bon : elle n'a jamais eu de souci notable dans sa classe,

elle est à l'écoute de certaines disputes et  elle est garant de l'intégrité de ses élèves.

Les 1ères semaines , Manon est restée en retrait, travaillant peu,

ne montrant guère de motivation avant 16h10, c'est à dire 20mn

avant la sortie des classes et le travail à la maison n'est jamais effectué.

Quand la maîtresse la taquinait à ce sujet, la miss offrait une petite moue entre le lard et le cochon.

Quand la maîtresse la félicitait  pour ses coiffures et la fillette précisait qu'elle n'aimait pas

ses nattes du jour, ni le chignon de la veille, que c'était une idée de sa mère .

Par la suite Manon a montré de plus en plus d'intérêt pour ce qui se passait dans la classe  et ,

malgré ses difficultés , son écriture affreuse, son peu de goût pour le français,

Manon a pris plaisir à l'école, au bonheur de la classe:

" Avant je n'aimais pas l'école, maintenant j'aime venir en classe!"

Manon ne dort plus pendant les exercices de grammaire,  elle est élève dès 8h30, 

participe activement et arbore toujours un grand sourire.

Manon fait ses devoirs plus régulièrement et s'étonne de ses premières réussites en grammaire ou en conjugaison.

Manon est joyeuse et attentive, pétillante et parfois impertinente quand elle taquine sa maîtresse!

Posté par Melodie7 à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]