21 décembre 2014

Alain ...

Alain va mieux: il ne pleure plus. Ou presque plus.

Il galope parfois jusqu'à  la maîtresse pour lui dire ,

les yeux dans les yeux ,

"  j'ai pas compris " ,

pour lui narrer ses péripéties de cour de récréation 

ou lui  faire part de ses étonnements.

Alain est au tableau et il corrige l'exercice de grammaire .

2 erreurs, quelques hésitations.

Qu'il ne sache pas repérer les verbes pronominaux, que cela reste du chinois , qu'importe!

Il ne sagit pas de les faire goûter à  l'amertume des complexités grammaticales:

L'essentiel c'est de se relever face à l'erreur, l'essentiel c'est de retrousser ses manches,

de se colleter à la difficulté, avec l'adulte comme guide si besoin est.

Alain est au tableau et il corrige l'exercice de grammaire . 2 erreurs, quelques hésitations.

Alors  il fait trois  bonds jusqu'à la maîtresse pour lui chuchoter :

" je crois que je stresse."

il est vraiment très fort cet Alain pour mettre des mots sur ce qu'il ressent!

Quelques jours plus tard, face à un exercice de mathématiques

Lorenzo profite du passage de la maîtresse près de sa table pour lui dire

qu'il réussit mieux les exercices que les évaluations.

- Et pourquoi d'après toi, demande la maîtresse.

- A cause du stresse je crois.

La maîtresse propose de garder ça dans un coin de sa tête pour réfléchir, plus tard, à ce stress en évaluation.

Alors Alain en profite pour se glisser jusqu'à la maîtresse pour lui expliquer: " j'ai compris ce qui me bloque.

J'ai compris dans ma tête quand tu as parlé avec Lorenzo.

[Les mots des uns prononcés à voix haute sur son propre fonctionnement intellectuel

peut  officier dans le cœurs des autres .]

Je me bloque parce que je stresse.Et je sais que c'est parce que je veux que ce soit parfait".

Alain a dû sentir que la maîtresse était émue par ce géant au coeur tendre

qui a une capacité extraordinaire  à l'instropection.

Posté par Melodie7 à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


19 décembre 2014

Vacances et oisiveté

Il y a diverses manières

 

IMG_6125

 

d'occuper ses journées....

 

 

 

 

 

 

Et puis

 

il y a des occupations de maman

 

avec des techniques de maîtresse:

 

 

 

 Ecrire des livres,

 

laisser l'imaginaire galoper.

1

 

Pour écrire une histoire

il faut un personnage principal:

" On écrit l'histoire de qui ?"

Ce personnage veut quelquechose ou il a un problème:

"Qu'est-ce qu'il veut le petit garçon? Quel est le problème du petit lapin?"

Ma grande était petite lorsque j'ai changé de métier.

Avec elle, puis son frère j'ai construit peu à peu  une idée

de ce que je pouvais faire en classe.

en réalité je n'ai rien inventé

puisque j´élaborais l'idée proche du texte libre de Freinet.

Le temps utilisé sera le présent avec les petits .

Avec les grands on choisira le passé simple et l'imparfait.

(Et hop c'est parti pour quelques exercices de conjugaison)

L'imparfait pour décrire les personnages, évoquer leur famille et

le passé simple pour les évènements, les péripéties.

En grammaire, je travaille avec mes élèves l'enrichissement du nom,

le discours direct, la pronominalisation afin d'éviter les répétitions.

 

IMG_8789Laisser des espace d'activité graphique pour les petits, un moyen de retravailler les sons simples.

IMG_8810

 Pour les grands,

IMG_8790

Ma grande a toujours sur elle un petits carnets à histoires et elle a une sensibilité poétique .

 

 

On y trouve la manière de plier les petits livres.

 

 

 

Posté par Melodie7 à 23:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 décembre 2014

violence du verbe.

La vie est belle, le soleil qu'on a dans le coeur réchauffe l'âme.

Et puis certains jours, on est plus sensible aux sourires.

Ou à leur absence.

Alors aujourd'hui j'ai des soupirs dans le coeur.

Un mélange de colère et de chagrin.

Car dans mon école les adultes ne se parlent pas : ils crient .

J'en ai fait rapidement les frais en arrivant il y a 4 ans.

L'an passé j'ai dû quitter une réunion "d'équipe"

refusant ENFIN de me faire souffler dans les bronches.

En début d'année une collègue a lâché ses nerfs sur une dame de service.

Hop! Dépression illico rapido.

Il y a un mois, les collègues du RASED ont essuyé

les violentes doléances de 4 collègues.

De la vilenie en barre.

La semaine passée, ce fut le tour d'une autre collègue.

Il faut dire qu'il y a deux clans.

Au vacances de la Toussaint, une collègue entrait dans ma classe en mon abscence

lançant à une autre que j'étais une voleuse. EFFROI.

J'ai mis tant de temps, je devrais préciser tant de séances, à sortir de ma réserve,

cette timidité qui me donnait des allures de snob, cette timidité qui donnait du grain à moudre.

Aujourd'hui je ne sors plus de ma classe que pour assurer mes services

avec mes quelques sympathiques collègues ou pour faire mes photopies.

De guerre lasse je me garde mes politesses auxquelles on ne répondait pas.

Je vois certains se ralier aux autres. Par mimétisme.

La situation géographique me permet une grande proximité avec mes enfants.

C'est l'unique raison de ma présence dans cette école.

Voilà pourquoi aujourd'hui, contre les beaux jours où je regagne ma classe remplie

du bonheur de mes élèves,de leur sourire, remplie du bonheur quotidien qui fait ma vie d'instit,

voilà pourquoi aujourd'hui je ronge mon frein, je garde pour moi, je dis juste ici.

Voilà pourquoi ce soir, la musique et les chansons font office de pansement.

Heureusement, rares sont ces soirs.

 

 

 

 

Posté par Melodie7 à 19:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

23 novembre 2014

Alain

Alain est un grand gaillard à la carrure imposante. C'est un camarade agréable qui s'accocomode

de ses successifs changements de places liés aux tâtonnements de la maîtresse..

Nonchalant au travail, les exercices ne sont pas toujours terminés.

Alain s'adresse à la maîtresse avec lenteur et un maniérisme qui l'amuse .

Alain écrit beaucoup dans son cahier du matin  et

lit ses textes à la classe. Avec délice.

Il évoque ses animaux, son ancienne école et la nouvelle, son île.

Alan regarde avec étonnement ses camarades rire de bon coeur ou se taire .

Car ces textes sont pleins d'humour et d'une douce sensibilité.

L'écrit s'imprime de manière particulière dans ce cahier du matin

révèlant une personnalité que lui-même découvre.

Un matin, Alain n'ayant pas compris le verbe pronominal, la maîtresse l'interroge

lors de la correction pour le remettre sur la piste .

Mais elle voit Alain baisser le regard, elle remarque ses joues se gonfler et devine: Alain pleure.

Pour ne pas le mettre sous le feu des projecteurs, pour ne pas laisser la classe en plan,

la maîtresse poursuit, donne la parole aux autres .

En dehors de la classe et du regard des camarades, la maîtresse en profite pour questionner l'enfant:

- Pourquoi tu pleurais? J'ai pas compris.

- je croyais que les autres étaient plus fort que moi...

Par la suite, Alain pleure souvent en classe.  Comme un refus de travailler.

Comme une douleur de se mettre en route sur le chemin des apprentissages.

Comme pour fuir une émotion qui lui faire perdre les mots

si truculents et justes sous sa plume.

 

Posté par Melodie7 à 00:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 novembre 2014

Elisa

La maman voulait que la maîtresse de l'an passé parle de sa fille

à la maîtresse d'aujourd'hui ; celle-ci a su que sa classe était faite pour Elisa,

l'élève timide !

Elisa qui a parlé si tard, Elisa définie comme autiste

dans les 1ères années de sa scolarité.

La maîtresse a rencontré la semaine passée la  maman .

Une maman enchantée de découvrir que sa fille s'épanouissait cette année,

enchantée de la bienveillance de la maîtresse et du climat de la classe. 

"Pas de cris ici, pas de stress cette année" :

 

Elisa peut investir tout son potentiel intellectuel.

La maman d'Elisa me conforte dans l'idée qu'un sourire, quelques chansons,

des outils, du théâtre, des projets  en lien direct avec les apprentissages

parsemés de décontextualisation 

permettent aux élèves d'apprendre sereinement.

 

 

 

Posté par Melodie7 à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


21 octobre 2014

la chanteuse

Une page et des mots dans le cahier du matin.

Juste des mots qui riment,

des mots qui tournent sur papier.

une chanson naissante et puis une promesse de musique.

" Si maîtresse je t'assure il y aura de la musique"

               

Isabelle qui n'est pas musicienne a écrit une chanson,

une chanson évoquant ceux qui peuplent son quartier.

La maîtresse a demandé quelques modifications,

la maman a donné son avis quant au refrain.

Aujourd'hui ,entre temps composés et numération,

Isabelle chante en classe

accompagnée de deux copines.

La chanson bat des ailes,

les enfants regardent l'oiseau.

Il s'échappe de la classe par leurs grands yeux ouverts,

parti à l'oreille de l'âme leur parler de liberté.

Pourquoi suis-je si touchée

 

par les créations de mes élèves ?

Isabelle, sache que rares sont les jeunes esprits créatifs

qui vont au bout de leurs phrases.

Voilà, en gros, ce que lui a dit sa maîtresse

qui n'a plus peur d'évoquer les belles choses.

Même si cela ne fait pas à l'école des Lumières.

 

 

Posté par Melodie7 à 10:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 septembre 2014

nouvelle année,

nouveaux visages,

nouveaux défis,

nouvelle directrice

(son deuxième nom doit être Espérance)

Toujours la même crainte dans les yeux des petits élèves,

le même stigmate de  timidité dans certains sourires,

quelques ongles rongés,

encore la même difficulté à se regarder,

à se parler au dessus du travail entre pairs.

Et puis il y a le rire d'une maîtresse,

son bonheur quotidien,

son regard bienveillant,

son plaisir légèrement enfantin,

ses étonnements puérils.

Profiter des évènements de classe

pour  faire voyager les savoirs entre la vie et le cahier.

Toujours les ramener vers les apprentissages scolaires.

Pourquoi les jours d'école

ne seraient-ils pas des jours heureux,

avec du supplément le mercredi

(que j'aurais préféré dans mon lit)

 

 

 

Posté par Melodie7 à 21:33 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

04 juillet 2014

une pensée

Ici

 

 

En ce jour,

j'ai une pensée

pour Fabienne Terral-Calmès,

ruban_10

sa famille et ses collègues.

Une pensée également

pour ces enfants de GS

qui ont assisté

à cet acte horrible.

 

Je suis triste, émue et

profondément choquée.

 

Je vous invite à partager ce ruban noir

partout où il peut se voir :

sur vos blogs, sur vos profils fb, sur tweeter.

Montrons à cette famille,

à ces enfants, à ces élèves et à nos collègues

que nous compatissons tous à leur peine.

 

 

Posté par Melodie7 à 23:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2014

bataille anglaise

Les manuels d'anglais ne me satisfont pas.

bataille anglaiseDans l'année, j'ai donc élaboré 

mes propres jeux

au gré de mes besoins.

Inspiration trouvée dans certains manuels

ou sur les sites de collègues.

Mon objectif est de faire parler les élèves

pour systématiser et mémoriser les structures.

Pour la 1ère partie de la bataille

bataille_anglaise

 

Celui qui a la carte de l'enfant le plus agé,

pour pouvoir empocher le pli, est soumis

aux questions suivantes :

 

 

what ‘s your name?

My name is  ........................................  .

 

how old are you ?

I'm   ........................................   years old.

 

what's your phone number?

  My phone number is ......................................... .

 

( un numéro de téléphone composé de 4 nombres de 2 chiffres

est ajouté au bas des cartes )

Posté par Melodie7 à 17:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]